Étiquettes

, , , ,

Le jeu The Elder Scrolls V Skyrim réalise actuellement un véritable carton au niveau des ventes dans le monde entier.

3,4 millions de joueurs en seulement deux jours de commercialisation, hors ventes digitales, un démarrage sept fois plus rapide que le jeu Oblivion en son temps et 7 millions d’exemplaires ont ainsi été écoulés depuis sa sortie le 11 novembre dernier !

Les raisons de ce succès ? Une analyse primaire conduirait à mettre en évidence le rôle de la publicité, puisque les spots publicitaires relatifs à Skyrim inondent les télévisions. pub = ventes x 2 minimum.

Skyrim marche aussi grâce aux dragons ! Non, non, ne riez pas. Oblivion + dragons = ventes x 1,5 minimum ; )

– il suffit parfois, pour convaincre le casual gamer en quête de nouvelles aventures, de lui vendre un jeu profond via une icone un peu réductrice, mais fortement évocatrice : c’est ainsi que Tomb Raider s’est vendu auprès du grand public grâce à sa plantureuse Lara Croft et que Skyrim se vendra par camions entiers grâce aux dragons, et à Dovahkiin.

Il y a cependant une raison plus profonde qui explique le succès commercial de Skyrim. C’est avant tout une délicieuse ode à la liberté. Skyrim offre au joueur la possibilité de vivre son aventure comme il l’entend, en choisissant lui-même son propre arc narratif et les moyens qu’il souhaite mettre en oeuvre pour progresser dans le jeu.

Le héros du jeu a comme surnom « Dovahkiin » ce qui signifie « fils de dragon » et ce monde imaginaire semble séduire tous les gamers.

Si vous n’êtes pas encore convaincus, voici le trailer du jeu :