Étiquettes

, , , , ,

Vous aurez sans doute remarqué que nombre de vos sites Web favoris semblent différents aujourd’hui. Wikipedia a fermé ses portes. WordPress est en noir …

Plusieurs sites protestent contre deux textes de loi durcissant la lutte contre le piratage en organisant un blackout.

Ils ont tenu leur promesse. Annoncé il y a quelques jours, le blackout d’un certain nombre de sites américains était bien effectif mercredi.

Mais que se passe-t-il ?

Le Congrès est en ce moment en train d’examiner deux propositions de lois destinées à censurer le Web et à imposer des règles extrêmement contraignantes aux entreprises américaines. Ces deux projets de lois sont connus sous les noms de PROTECT IP Act (PIPA) et Stop Online Piracy Act (SOPA).

  • PIPA & SOPA vont censurer le Web. Ces propositions de lois accorderont de nouveaux pouvoirs législatifs pour filtrer Internet et bloquer l’accès aux outils susceptibles de permettre de contourner ces filtres. Nous savons par expérience que de tels pouvoirs seraient enviés par la plupart des régimes répressifs de la planète. SOPA et PIPA éliminent également toute procédure juridique. Elles obligent les entreprises américaines à bloquer l’accès aux sites Web américains et étrangers que les ayants droits considèrent illégaux sans aucune décision des tribunaux, et sans permettre aux dits-sites de faire appel de la décision.
  • PIPA & SOPA mettront en danger l’innovation et l’emploi au sein de notre industrie. Ces propositions de lois donneraient la possibilité de facilement poursuivre en justice des entreprises américaines respectant la loi. Les sociétés proposant des services de paiement ou de publicité pourront en effet être la cible de censure.
  • PIPA & SOPA ne mettront pas un terme au piratage. Ces propositions de lois ne nous débarrasseront pas des sites pirates. Ces sites changeront simplement leurs adresses afin de continuer leurs activités criminelles. Il existe de meilleurs moyens de régler ce problème que de demander aux entreprises américaines de censurer le Web. Les sites étrangers pratiquant le piratage étant à but lucratif, nous pensons que le meilleur moyen de les faire fermer est de supprimer leurs sources de revenu. Google supporte par ailleurs des approches alternatives comme l’OPEN Act.
  • Vous pouvez signer une pétition, comme l’ont déjà fait des millions d’autres personnes, afin de demander au Congrès de reconsidérer SOPA et PIPA.

Sources : http://www.mckinsey.com ; http://keepthewebopen.com ; https://www.google.com/landing/takeaction/sopa-pipa